masqué


masqué

masque [ mask ] n. m.
• 1511; it. maschera; du rad. prélat. °mask-; cf. bas lat. masca « sorcière; masque »
I
1Objet rigide couvrant le visage humain et représentant lui-même une face (humaine, animale, imaginaire...). Masque expressif, grotesque. Spécialt Masque du théâtre antique, en bois ou en cuir et à ouverture en porte-voix. Masque tragique, comique. Masque et maquillage. Masques de carnaval, du mardi gras, de la mi-carême. déguisement, mascarade. « ces masques de mardi gras qui deviennent effrayants quand de vrais hommes vivants les portent sur leurs visages » (Sartre). Masques vénitiens. Masques africains, polynésiens.
2(1599) Objet souple ou rigide dissimulant une partie du visage. Masque de velours noir. loup. Lever, ôter, poser son masque pour se faire reconnaître. Le Masque de fer : personnage mystérieux qui ne quittait pas son masque dans la prison où le maintenait Louis XIV.
3(1532) Vieilli Personne qui porte un masque, et par ext. Personne déguisée. « masques et bergamasques » (Verlaine).
4(XVIe) Fig. Dehors trompeur. apparence, 2. extérieur. Sa douceur n'est qu'un masque. « le masque de l'hypocrisie cache la malignité » (La Bruyère). Sous ce masque débonnaire, il était prêt à tout. « ce masque d'indifférence qu'elle me force à revêtir » (A. Gide). Loc. Lever, jeter, poser le masque : se montrer tel qu'on est, révéler ce qu'on cachait. « Faire poser le masque à cette âme hypocrite » (Molière). Arracher le masque de qqn, à qqn, dévoiler sa fausseté; le confondre. ⇒ démasquer. « Le génie de Goya veut arracher au monde son masque d'imposture » (Malraux ).
5(1832) Aspect, modelé du visage. faciès, physionomie. Avoir un masque impénétrable, un masque de tristesse. 2. air, expression. « ce masque [de Mirabeau] où la physionomie, qui exprimait tout, triomphait de la laideur » (Sainte-Beuve). Spécialt Aspect anormal du visage, caractéristique d'un état physiologique ou pathologique. Masque de grossesse. chloasma.
II
1Empreinte prise sur le visage d'une personne, spécialt d'un mort; reproduction de cette empreinte. Masque mortuaire, funéraire.
2Appareil protecteur, masque de protection. Masque d'escrime : écran de toile métallique à mailles serrées, garni de bourrelets. — Masque d'apiculteur; d'ouvrier soudeur. Masque antiseptique des chirurgiens, des dentistes, en gaze hydrophile, couvrant le nez et la bouche.
3(Intervenant dans l'inhalation) Masque de plongée sous-marine. — MASQUE À GAZ : appareil protégeant des fumées et gaz asphyxiants les voies respiratoires et le visage. — Chir. Dispositif placé sur le visage d'une personne pour lui faire respirer des vapeurs anesthésiques. « Je fabrique un masque pour t'endormir à l'éther » (Duhamel).
4(XXe) Couche de crème, etc., appliquée sur le visage pour resserrer, tonifier, adoucir l'épiderme. Se faire un masque aux plantes, à l'argile.
5(1873) Milit. Abri, masse de terre qui sert à cacher, protéger les hommes et les ouvrages. Tout obstacle naturel formant écran.
6Électron. Cache utilisé au cours des diverses étapes de la réalisation d'un circuit intégré.
7Inform. Configuration de bits permettant d'extraire des informations d'un mot binaire.
8Acoust. Effet de masque : phénomène acoustique d'occultation d'un son par addition d'un autre son plus intense.
9Bât., trav. publ. Masque étanche : revêtement de faible épaisseur placé sur ou dans un ouvrage pour en assurer l'étanchéité. Masque amont d'un barrage.
III(fin XVIIIe) Zool. Lèvre inférieure allongée qui couvre une partie de la tête des larves de libellules.

masque nom masculin (italien maschera, du bas latin masca) Faux visage de carton peint, de tissu, etc., dont on se couvre la figure pour se déguiser ou dissimuler son identité : Masques de carnaval. Vieux. Personne qui porte un masque : Une troupe de masques. Forme stylisée du visage ou du corps humain ou animal, ayant une fonction rituelle. Objet dont on se couvre le visage ou une partie du visage pour se protéger : Mettre un masque de gaze pour éviter la contagion. Littéraire. Aspect du visage : Avoir un masque sévère. Empreinte prise sur le visage de quelqu'un, en particulier de quelqu'un qui vient de mourir : Le masque mortuaire de Pascal. Littéraire. Apparence trompeuse sous laquelle on s'efforce de cacher ses vrais sentiments : Ôter le masque. Jeter le masque. Cosmétologie Produit cosmétique que l'on applique momentanément sur la peau pour la nettoyer en profondeur, en resserrer les pores et en activer la circulation. Histoire du costume Morceau de velours, de satin, dont les dames se couvraient le visage pour protéger leur teint. Électronique Cache utilisé en microélectronique pour la fabrication des circuits intégrés. Imprimerie et Photographie Film ou phototype obtenu photographiquement, par contact, à partir d'un original transparent ou d'un négatif de sélection. (Les masques sont superposés, soit à l'original, soit au négatif de sélection, afin d'améliorer la qualité des sélections pour la reproduction des couleurs.) Marine Écran en tôle ou en bois, fixé à l'arrière d'un navire près d'être lancé, pour modérer sa vitesse. Abri en acier, fixé aux pièces de petit calibre pour protéger les servants. Médecine Appareil s'adaptant sur le visage et permettant de faire inhaler des gaz anesthésiques ou de l'oxygène. Militaire Terrassement édifié en avant d'un ouvrage fortifié pour le soustraire aux vues. Tout mouvement de terrain ou objet qui, situé à proximité d'une arme, la protège contre les vues terrestres de l'ennemi. Musique et Théâtre En Angleterre, spectacle et réjouissance de cour, combinant, à son apogée, sous le règne de Jacques Ier (1603-1625), les ressources de la poésie et du drame, de l'architecture scénique, du décor, de la musique et de la danse. Pathologie Aspect particulier du visage dans certains états physiologiques. Pêche et Sports Accessoire des chasseurs sous-marins, isolant de l'eau les yeux et le nez. Sculpture Figuration de la partie antérieure de la tête, du visage. Sports En escrime, protection en treillis métallique très serré pour la tête. Technique Équipement de protection du visage servant à filtrer l'air respiré, à arrêter les rayonnements dangereux ou les projections de particules, de poussières, de liquides, etc. Théâtre et Chorégraphie Objet ou tissu dont les acteurs, ou les danseurs se couvrent tout ou partie du visage dans certaines formes de représentations. Zoologie Chez les insectes odonates, lèvre inférieure de la larve, articulée et qui peut se projeter pour saisir les proies avec ses lobes externes, disposés en tenailles. (Au repos, cette pièce recouvre toute la face de la larve comme un masque.) ● masque (citations) nom masculin (italien maschera, du bas latin masca) Claude Aveline Paris 1901-Paris 1992 Un jour par an, le Mardi gras par exemple, les hommes devraient retirer leur masque des autres jours. Avec toi-même, etc. Mercure de France Xavier Forneret Beaune 1809-Beaune 1884 Au temps du carnaval, l'homme se met sur son masque un visage de carton. Sans titre, par un homme noir, blanc de visage Jules Huot de Goncourt Paris 1830-Paris 1870 et Edmond Huot de Goncourt Nancy 1822-Champrosay, Essonne, 1896 Les masques à la longue collent à la peau. L'hypocrisie finit par être de bonne foi. Idées et sensations Paul Verlaine Metz 1844-Paris 1896 Votre âme est un paysage choisi Que vont charmant masques et bergamasques […]. Fêtes galantes, Clair de lune Messeinmasque (expressions) nom masculin (italien maschera, du bas latin masca) Effet de masque, diminution de la sensation due à un son ou un bruit donné (signal masqué) par suite de la présence d'un son ou d'un bruit différent (signal masquant). Masque à gaz, appareil individuel de protection contre les gaz de combat ou les radiations nucléaires. Moulage en masques, synonyme de moulage en carapace. Masque de grossesse, synonyme de chloasma. Parler ou chanter dans le masque, accentuer les résonances sonores dans la partie antérieure du conduit vocal. ● masque (synonymes) nom masculin (italien maschera, du bas latin masca) Faux visage de carton peint, de tissu, etc., dont on...
Synonymes :
Littéraire. Aspect du visage
Synonymes :
- faciès
Littéraire. Apparence trompeuse sous laquelle on s'efforce de cacher ses vrais...
Synonymes :
- air
- extérieur
- façade
Théâtre et Chorégraphie. Objet ou tissu dont les acteurs, ou les danseurs se...
Synonymes :
Acoustique. Effet de masque
Synonymes :
- effet ipsilatéral
Pathologie. Masque de grossesse
Synonymes :

n. m.
rI./r
d1./d Faux visage en carton, en cuir, en plastique, etc., dont on se couvre la face pour se déguiser ou pour dissimuler son identité. Masque de théâtre.
|| Loup (sens 6). Masque de velours noir.
|| Objet rigide destiné à évoquer un être surnaturel, qui est porté sur la tête, couvrant ou non le visage.
d2./d Par ext., Personne qui porte un masque.
(Afr. subsah.) Sortie des masques: cérémonie au cours de laquelle des porteurs de masques exécutent des danses rituelles.
Masque cimier, qui consiste en une sculpture fixée sur un casque laissant voir le visage du porteur.
Masque heaume, qui entoure complètement la tête du porteur.
d3./d Fig. Apparence trompeuse sous laquelle on s'efforce de cacher ses véritables sentiments, sa véritable nature. Arracher le masque à qqn.
Lever le masque: ne plus déguiser ses vrais sentiments.
d4./d Aspect particulier d'une physionomie. Masque tragique, immobile, d'un acteur.
MED Aspect particulier du visage dans certaines maladies, ou pendant la grossesse.
d5./d Moulage du visage. Masque mortuaire.
rII./r
d1./d Dispositif couvrant et protégeant le visage. Masque de soudeur.
Masque à gaz: appareil destiné à protéger le visage, les yeux, les organes respiratoires des effets des gaz nocifs.
Accessoire de plongée sous-marine, protégeant les yeux et le nez, permettant de voir sous l'eau.
d2./d MED Pièce de tissu ou de matière jetable placée devant le nez et la bouche pour éviter la contamination microbienne. Le masque du chirurgien.
d3./d MED Appareil pour administrer un anesthésique ou de l'oxygène par voie respiratoire.
d4./d Préparation qu'on applique et qu'on laisse sécher sur le visage et le cou, par ext. sur la chevelure. Masque antirides. Masque de beauté.
d5./d PHOTO Image transparente qui, superposée à une autre, permet de filtrer la source lumineuse pour améliorer des contrastes ou des teintes.
rIII/r ZOOL Labium très développé et articulé qui couvre en partie la tête des larves des libellules et leur sert à capturer les proies.

I.
⇒MASQUE1, subst. masc.
I. A. — Objet recouvrant et représentant parfois tout ou partie du visage, qui est porté dans diverses occasions de la vie sociale selon les peuples et les époques. Le masque surgit dès l'instant où l'homme se conçoit comme homme, quand il accède à l'état de culture. Encore faut-il préciser que cette culture n'est pas celle des sociétés historiques (Encyclop. univ. t. 10 1970, p.588).
1. En partic.
a) Objet, représentant généralement un visage ou une gueule animale, souvent grotesque, que l'on porte sur la face pour se déguiser. Masque de carnaval, de carton; masque, domino et déguisement; mettre, enlever, lever, ôter son masque. Un joli masque verni sur le visage, un masque à moustache blonde frisée que coiffait une perruque à boucles (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Masque, 1889, p.1160). Les carnavals de quartier (...) apparaissent par-ci par-là (...) la parade des enfants... masques, maquillages et dragons (Libération, 22 juin 1981, p.33, col. a). V. adapté ex. 1.
Demi-masque; masque à domino (vieilli). Masque recouvrant la partie supérieure du visage. Ces demi-masques blancs, qui consistent en des nez gigantesques, sont fort drôles (BAUDEL., Salon, 1846, p.143).
b) Pièce d'étoffe recouvrant la totalité ou la partie supérieure du visage que l'on porte pour se dissimuler (portée, autrefois, par les femmes pour se protéger du soleil, du froid, etc.). Synon. loup. Masque (de velours) noir. Les religieuses portaient d'habitude, selon la mode mondaine, des gants et des masques (SAINTE-BEUVE, Port-Royal, t. 1, 1840, p.88). Le carton contenait un domino et un masque de satin noir (SAND, Elle et lui, 1859, p.294).
c) Objet représentant un visage ou une gueule animale, qui symbolise un affect, un comportement ou un rôle, porté par les acteurs de théâtre dans diverses cultures. Masque antique, grec, tragique, comique; masque d'arlequin; masque japonais. Les anciens (...) grandissaient l'acteur par le cothurne, grossissaient sa voix par le masque (VIGNY, Journal poète, 1840, p.1130).
d) Objet représentant, généralement de manière symbolique, un visage ou une gueule animale, revêtant une valeur sacrée et porté ou exhibé dans l'accomplissement de cérémonies religieuses dans diverses sociétés extra-européennes. Masque eskimo, indien, nègre, océanien. Nous avons trouvé dans le procédé de dédoublement, non seulement la représentation graphique du masque, mais l'expression fonctionnelle d'un type précis de civilisation. Toutes les cultures à masques ne pratiquent pas le dédoublement (LÉVI-STRAUSS, Anthropol. struct., 1958, p.291).
Loc., vieilli. En masque, sous le masque. Synon. masqué. [Courir] les filles en masque (MUSSET ds Le Temps, 1831, p.65). On me croira parti. Je viendrai sous le masque (ROSTAND, Cyrano, 1898, III, 2, p.118).
2. P. anal., littér. Ce qui recouvre le visage. Adéodat, débarbouillé et dans ses beaux habits, me plut moins qu'avec son bonnet noir et son masque de suie (A. FRANCE, Pt Pierre, 1918, p.133). L'odeur des menthes sauvages en ce fond humide (...) vous entrait par le nez à la force de 80 kilomètres à l'heure et ce masque de parfums (...) s'appliquait sur ta face (CLAUDEL, Ours et lune, 1919, 1, p.590).
En partic., péj. Maquillage (trop) abondant sur un visage. Masque de fard. Des filles plâtrées, dont la bouche saigne dans un masque de céruse (BOURGET, Essais psychol., 1883, p.7).
P. anal. Le matou noir à masque blanc qui s'appelait «Colette» (COLETTE, Sido, 1929, p.67).
3. P. méton., vieilli. Synon. de mascarade. L'opéra serait suivi d'un bal, avec des jeux, des loteries, des masques, des danses aux flambeaux, et autres inventions galantes (BOURGES, Crépusc. dieux, 1884, p.4).
HIST. DU SPECTACLE. ,,Spectacle particulier au XVIIe s. anglais et combinant allégorie, féerie, danse et musique`` (GITEAU 1970). Au début du XVIIe s., le masque devint si populaire que certains de ses éléments furent adoptés dans le drame scénique des théâtres publics, telle La Tempête de Shakespeare (Mus. 1976).
B. — 1. Modelé, traits (expressifs) du visage.
a) Le visage considéré du point de vue de sa morphologie ou de son apparence. Masque épais, étroit, large, lourd, régulier, glabre, poli, vieilli. Chez elle, le masque s'empâtait déjà, les traits gros, soufflés d'une mauvaise graisse (ZOLA, Bonh. dames, 1883, p.452):
1. Dans ce masque d'un ovale si pur, où la régularité des traits mettait une sorte de solennité (surtout quand la fatigue et la tristesse l'assombrissaient comme ce soir), le sourire avait bien gardé son rayonnement de jadis...
MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p.211.
P. ext. Synon. de face, visage. Brusquement, elle fut hors de la foule, la face dans ses mains rouges, tout le masque ensanglanté (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p.268).
PEINT., SCULPT. Le bourreau, le crâne éclairé, le masque dans l'ombre (...) fait ressortir, par l'énergie de son coloris (...) la pâleur de la victime [dans le Martyre de sainte Agnès, du Dominiquin] (TAINE, Voy. Ital., t. 2, 1866, p.203). La ressemblance qu'il doit obtenir [l'artiste] est celle de l'âme; (...) c'est celle-là que le sculpteur ou le peintre doit aller chercher à travers le masque (RODIN, Art, 1911, p.163).
b) Le visage considéré du point de vue de son expressivité, de ce qu'il exprime de la personnalité de quelqu'un. Avoir un masque contracté, immobile, énergique, hautain. Son masque change d'expression, s'aggrave; il évite de relever les yeux (MARTIN DU G., J. Barois, 1913, p.231). Il marcha vers la maison de Gilbert, celle de leur père, le masque raidi pour ne pas trahir son émotion (ARLAND, Ordre, 1929, p.492).
THÉÂTRE. Caractère de la physionomie (d'un acteur). Cet acteur a un bon masque, le masque mobile, un masque comique (LITTRÉ).
♦[Précédé de l'art. partitif] Avec du masque et de la voix et un instinct premier, elle ressuscita [Rachel] quelques éclats du tonnerre tragique (VEUILLOT, Odeurs de Paris, 1866, p.274).
2. P. méton.
a) Expression caractéristique d'un état physique ou émotionnel, en tant qu'il se marque dans les traits du visage qu'il fige.
♦[Constr. avec un compl. prép. de spécifiant cet état] Masque d'angoisse, de douleur, de fatigue, de stupeur. Sa petite et habituelle grimace de bienveillance fut remplacée par le masque éternel de la plainte et de la mélancolie (BALZAC, Annette, t. 4, 1824, p.216). Elle ne disait pas un mot, la face seulement convulsée en un masque d'indicible terreur (ZOLA, Bête hum., 1890, p.228):
2. ... cette passion avait mis sur son visage un masque de sanglot qui m'avait à jamais depuis des lustres épouvantée et dégoûtée (...). Mais il ne dessine plus un masque tordu et grotesque; c'est le visage d'une enfant qui s'endort, vaincue par la fatigue, sur un gros chagrin.
DRIEU LA ROCH., Rêv. bourg., 1937, p.335.
♦[Constr. avec un adj. spécifiant cet état ou décrivant son effet sur le visage] Masque douloureux, violent, terrible. La tête se releva, le masque hargneux et superbe en était tombé (SARTRE, Mort ds âme, 1949, p.138). Ses sourires (...) transformaient son masque sévère en un visage de chair (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.221):
3. On me disait aussi que j'avais trois visages, comme la triple Hécate: un pour les enfants, un pour mes sympathies, un pour le monde, et que leurs trois expressions ne se ressemblaient pas du tout. Le dernier visage surtout, masque froid, réservé, avec un léger pli entre les sourcils et à l'angle de la bouche, paraît un bouclier qui voudrait être impénétrable. Le second visage est confiant et affectueux.
AMIEL, Journal, 1866, p.253.
Absol. Les dix mille et une expressions du visage prises à l'état de masques, pourront être étiquetées et cataloguées, en vue de participer directement et symboliquement à ce langage concret de la scène (ARTAUD, Théâtre et son double, 1938, p.112). En partic. Expression d'un visage qui se fige, qui est sans vie, sans chaleur. Une larme coula le long de son nez (...) trahissant par sa vie sourde (...) ce masque aussi inhumain, aussi mort que tout à l'heure (MALRAUX, Cond. hum., 1933, p.329). Une sorte de masque apparut sur le visage des deux Chandelier; leurs traits tombèrent, leurs regards s'éteignirent. Comme suffoqués, ils ne disaient rien (MONTHERL., Célibataires, 1934, p.883).
En partic. Expression et apparence du visage, caractéristique d'un état physiologique ou pathologique. Masque de l'épileptique. Les yeux du prévenu brillaient (...) malgré le masque de moribond qui la veille avait fait croire au directeur de la Force à la nécessité d'appeler le médecin (BALZAC, Splend. et mis., 1846, p.360). Antoine (...) observait le masque cachectique de son père: l'effort mental détendait les muscles de la mâchoire (MARTIN DU G., Thib., Consult., 1928, p.1061).
♦Synon. méd. de faciès. Masque amibiasique, biliaire, paralytique (Méd. Biol. t. 2 1971).
Masque (de grossesse). Pigmentation brune du teint, passagère, surtout au front, pouvant apparaître à partir du troisième mois de la grossesse. Avoir le masque. Une autre variété de pigmentation circonscrite est le (...) masque de grossesse (QUILLET Méd. 1965, p.301).
b) Expression du visage caractéristique d'un personnage, d'un type de personnage ou de personnalité. Un personnage de haute stature (...) dont les traits énergiques évoquaient le masque de Bonaparte jeune (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p.337). Le masque de l'anxieux est l'antithèse du masque du sourire (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.233):
4. ... il semblait (...) qu'il eût suffi au sang japonais de sa mère d'adoucir le masque d'abbé ascétique du vieux Gisors — masque dont une robe de chambre en poil de chameau, cette nuit, accentuait le caractère — pour en faire le visage de samouraï de son fils.
MALRAUX, Cond. hum., 1933, p.208.
3. a) Moulage exécuté sur une empreinte en creux prise sur le visage d'une personne vivante ou morte. Masque mortuaire, funéraire. Aux murs nus étaient accrochés un masque de Pascal, un masque de Beethoven (MAUROIS, Climats, 1928, p.24). Les Romains ont été les premiers à réaliser de façon régulière le moulage, en cire, d'un masque sur le visage du défunt (PELL. 1972).
b) Figure humaine, peinte ou sculptée, servant d'ornement. Synon. partiel mascaron. Des commères assises en rond près de la fontaine jaillie d'un masque de pierre (ADAM, Enf. Aust., 1902, p.261). Cette maison (...) datait du dix-septième siècle et au-dessus des fenêtres il y avait des masques de femmes sculptés (RIVIÈRE, Corresp. [avec Alain-Fournier], 1906, p.188).
c) P. méton. ,,Ciselet gravé en creux ou en relief, dont beaucoup d'ouvriers se servent pour former des figures en relief ou en creux sur les métaux`` (JOSSIER 1881).
4. Littér., au fig. Traits (d'un visage) sous lesquels apparaît ou est représentée une entité abstraite. Sa grande figure de marbre, sereine au milieu de l'orgie, m'apparaissait comme le masque inflexible du destin (ABOUT, Roi mont., 1857, p.122). Il ne trouve devant lui qu'une forme vide. C'est un visage glacé, le masque de la mort, que lui présente l'Afrique (PSICHARI, Voy. centur., 1914, p.27).
5. THÉÂTRE, CHANT. Ensemble composé du pavillon pharyngo-buccal et des cavités nasales intervenant comme résonateur dans la production de la voix. Chanter, parler dans le masque. Si Mérya avait mis un peu plus sa voix dans le masque — (...) «hin, hin, hin» comme ça — le couac n'aurait pas eu lieu (COLETTE, Seconde, 1929, p.203). Toutes ces vibrations [des cordes vocales] se renforcent: (...) dans des cavités dites de résonance, le «masque» (WICART, Chanteur, t. 1, 1931, p.165).
C.P. métaph. ou au fig.
1. a) Attitude, comportement feint, affecté par quelqu'un. Revêtir un/le masque de qqc.; se cacher sous un/le masque de qqc.; arracher, lever, mettre le masque de/à qqn; faire tomber le masque de qqn; lever, ôter, poser, quitter son/le masque de qqc.
♦[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. spécifiant ce qui est affecté] Masque de politesse; masque mondain, professionnel, social; masque d'ami, de courtisan. [Les] ennemis de la liberté couverts d'un masque civique (MARAT, Pamphlets, À ses concitoyens élect., 1792, p.325). Elle [la bourgeoisie] fit la républicaine pour amener 1848, prenant pendant seize ans le masque tricolore de la charte et durant dix-huit ans le masque rouge de la réforme (VIGNY, Mém. inéd., 1863, p.64). L'ambitieux prend (...) le masque public du désintéressement, le tyran affecte la bienveillance (MOUNIER, Traité caract., 1946, p.599). V. bénin ex. 4 et affectueux ex. 11:
5. ... il était un homme de sensibilité rentrée, très tendre sous le masque de l'égoïsme et du cynisme. Il appartenait à cette race de poseurs et d'hommes faisant les forts...
GONCOURT, Journal, 1869, p.501.
Absol. La mort arrache le masque qu'on a porté toute la vie, et le véritable visage apparaît (DUMAS père, Monte-Cristo, t.1, 1846, p.510). Son cynisme [de Byron] ne parut plus à Shelley qu'un masque élégant pour sa bestialité (MAUROIS, Ariel, 1923, p.254):
6. «N'employez jamais je.» Le je du visage même de l'art de Wilde tenait du masque, tenait au masque. Mais jamais il n'a voulu dire par là: soyez «objectif». Toujours il s'arrangeait de manière que le lecteur averti pût soulever le masque et entrevoir, sous le masque, le vrai visage (...). Cette hypocrisie artiste lui a été comme imposée par le sentiment, qu'il avait très vif, des convenances...
GIDE, Journal, 1927, p.847, 848.
En partic. Jeter, lever le masque.
) Se faire connaître en tant que tel. Elles se découvrent, jettent le masque (GREEN, Journal, 1941, p.88).
) Ne plus dissimuler ses projets. Lorsque tout fut prêt pour l'exécution de l'horrible projet, les conjurés levèrent le masque (MARAT, Pamphlets, Dénonc. Necker, 1790, p.80). Les Allemands vont jeter le masque en raison de leurs succès, (...) Vichy va passer à la collaboration ouverte (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p.388).
En partic., vieilli. Nom choisi par quelqu'un pour dissimuler son identité, l'identité de quelqu'un. Synon. pseudonyme. Je prends Beyle en 1814 (...). Il n'avait pas encore songé à son masque de Stendhal (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, 1851-62, p.308).
Sous le masque (vieilli). De façon anonyme ou sous un nom d'emprunt. Madame Gay, sous le masque et par une lettre insérée dans un journal, prit parti; elle brisa une lance (SAINTE-BEUVE, Caus. lundi, 1851-62 p.67).
b) Apparence trompeuse donnée à quelque chose ou que prend quelque chose. Déguiser qqc. du masque de qqc., sous le masque de qqc.; qqc. se cache, se déguise sous le masque de qqc., prend le masque de qqc.
♦[Constr. avec un compl. prép. de ou un adj. spécifiant (la nature de) l'apparence] Couvrir ses vices du masque de la vertu. L'instinct révolutionnaire se glissait, sans le savoir, sous ce masque d'antiquité (QUINET, All. et Ital., 1836, p.71):
7. ... les vérités morales vont (...) nous laisser voir, magré le masque rigoureusement dogmatique qu'elles affectent durant le temps de leur règne, leur caractère éphémère et leur rôle secondaire de moyens pour procurer des fins très différentes des buts vers lesquelles elles ordonnent de tendre.
GAULTIER, Bovarysme, 1902, p.289.
Absol. Ennemi de la tyrannie, de quelque côté qu'elle vienne, et quelque masque qu'elle emprunte, il [Platon] la combat dans une démocratie effrénée aussi énergiquement que dans une oligarchie insolente (COUSIN, Hist. gén. philos., 1861, p.145). Les mythes sont à la religion ce que la poésie est à la vérité, des masques ridicules posés sur la passion de vivre (CAMUS, Noces, 1938, p.83).
2. [Gén. en fonction d'attribut; constr. avec un compl. prép. de désignant ce qui est caché] Ce qui cache, dissimule quelque chose dans une apparence trompeuse. Ce mot [hypocrisie] (...) doit s'entendre du masque de toutes les vertus (JOUY, Hermite, t. 1, 1811, p.34). La fidélité à l'esprit n'est que le masque de la fidélité à la bourgeoisie, de l'infidélité aux hommes (NIZAN, Chiens garde, 1932, p.233). V. aujourd'hui ex. 16.
D. — 1. [Désigne une chose qui s'applique sur tout ou partie du visage avec diverses fonctions]
a) MÉD., TECHNOL.
Masque d'escrime, d'apiculteur, de soudure. Objet constitué d'un treillis ou d'une plaque métallique servant à protéger le visage. Ils avaient le fleuret au poing; leurs masques aux mailles pressées leur faisaient de terrifiants visages (COURTELINE, Ronds-de-cuir, 1893, 5e tabl., III, p.198).
Masque (de protection). Objet appliqué sur le nez et la bouche, généralement en papier ou en tissu, servant à filtrer l'air expiré ou inspiré. Masque antiseptique. Le personnel sanitaire continuait de respirer sous des masques de gaze désinfectée (CAMUS, Peste, 1947, p.1411). Contre les poussières, le masque utilisé est en général un treillis métallique doublé d'une couche filtrante (ouate, papier-filtre, mousseline, éponge) (Lar. Méd. t. 2 1973).
Masque (de plongée). Objet placé devant les yeux et le nez permettant de voir sous l'eau. On nous appris à agiter les palmes, à vider le masque, à l'enlever, à respirer avec le tuba la tête dans l'eau et les yeux ouverts (Ét. et sports sous-marins, 1978, n°40, p.59).
Masque à gaz. Appareil comportant un dispositif étanche fixé sur le visage et qui permet de filtrer l'air inspiré ou de respirer en circuit fermé dans une atmosphère toxique (en particulier, chargée de gaz de combat). Des soldats étalaient à terre leurs effets, leurs armes, des sacs, des masques à gaz, des paquets de pansements (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p.423).
Masque (anesthésique, à oxygène). Appareil comportant un dispositif en caoutchouc s'adaptant sur la bouche et le nez et permettant d'inhaler des gaz anesthésiques ou de l'oxygène. J'ordonnai à l'anesthésieur (...) de remettre le masque sur la bouche du blessé dont le gémissement annonçait le prochain réveil (BOURGET, Sens mort, 1915, p.104). La respiration, je la prends dans ce masque. Un tube en caoutchouc me relie à l'avion (SAINT-EXUP., Pilote guerre, 1942, p.278).
b) COSMÉTOL. Préparation qu'on applique sur le visage (et le cou) dans les soins esthétiques de l'épiderme. Masque antirides, facial; masque de beauté. [Je ne vais jamais dans un salon de beauté] pour me faire tripoter le visage. Les masques ne m'ont jamais réussi (Elle, 9 mars 1981, p.102, col. a).
2. [Désigne des choses servant à recouvrir, à protéger qqc., qqn] On remplit après coup les intervalles entre les piliers au moyen de masques en maçonnerie destinés à mettre le terrain à l'abri de l'air (BRICKA, Cours ch. de fer, t. 1, 1894, 215). Le défaut d'étanchéité des massifs d'enrochements nécessite l'établissement sur leur parement amont [des barrages] d'un masque étanche constitué, presque toujours, par de grandes dalles minces en béton armé (THALLER, Houille blanche, 1952, p.45).
a) ARMÉE, FORTIF. Écran naturel ou artificiel protégeant et dissimulant un corps de défense, une pièce d'artillerie et ses servants. Les pièces au-dessus du calibre de 10 centimètres sont défendues par des masques de 76 millimètres d'épaisseur (CRONEAU, Constr. nav. guerre, t. 2, 1892, p.92). Il faut (...) se cacher, se défiler, utiliser les masques (...) les angles-morts aux vues et surtout les angles-morts aux coups (PALOQUE, Artill., 1909, p.107).
b) MAR. Voile protégeant du vent, du soleil... On installe (...) un Masque, lorsque le vent vient de terre, et qu'il y existe des maladies épidémiques (BONN.-PARIS 1859).
3. [Désigne ce qui soustrait qqc. à la perception]
a) ŒNOLOGIE Dépôt adhérant aux flancs d'une bouteille (de vin de Champagne). [La lie] (...) fait des masques (HAMP, Champagne, 1909, p.157).
b) ACOUST. ,,Tout son qui, superposé à un son perçu, a pour effet de relever le seuil d'audition pour ce dernier`` (PIR. 1964). L'effet de masque peut être mesuré en décibels par le rapport entre le seuil de masque et le seuil absolu (Ling. 1972).
4. [Désigne ce qui soustrait qqc. à l'action de qqn]
a) TECHNOL. Élément de protection, soit mécanique, soit chimique, destiné à délimiter certaines zones dans une opération de masquage. Technique de retouche photographique au moyen de masques pour améliorer la fidélité de reproduction des clichés (Lar. encyclop.).
PHOT. ,,Image photographique transparente qu'on superpose à une autre image pour en corriger ou en améliorer les contrastes, les densités ou les teintes`` (Phot. 1979). V. masquage ex. de G. Martin.
b) INFORMAT. ,,Mot machine permettant de retenir ou de rejeter tout ou partie des mots traités`` (GUILH. 1969).
c) ZOOL. Labium extensible transformé en organe de capture, qui cache au repos les pièces buccales, chez la larve de libellule (d'apr. SÉGUY 1967). [Les libellules] ne se nourrissant que de proies vivantes qu'elles capturent grâce à un organe unique parmi les Insectes, appelé «le masque» (Zool., t. 2, 1963, p.626 [Encyclop. de la Pléiade]).
II. — [Désigne une pers.; correspond à I A B et C supra]
A. — Personne masquée et/ou déguisée. Des masques en domino, épars, isolés ou groupés, traversent çà et là la terrasse (HUGO, Hernani, 1830, V, 1, p.124). Les masques essayent de se lever le masque les uns aux autres (APOLL., Casanova, 1918, II, p.990).
HIST. Le Masque de fer. [Désigne un mystérieux prisonnier d'État au XVIIe s., contraint de porter un masque de velours noir et de métal] V. fer B 1 b ex. de Clemenceau.
Beau masque (vieilli). [Formule d'adresse pour interpeller une personne masquée] Don Garcie, au domino noir: Beau masque!... Le masque se retourne. Il recule (HUGO, Hernani, 1830 p.129).
Je vous/te connais, beau masque. [S'emploie pour signifier à une personne masquée qu'on la reconnaît et, au fig., pour signifier qu'on connaît les intentions de qqn] Pontbichet, s'approchant de lui d'un air fin. Ah! je te connais beau masque! (LABICHE, J. homme pressé, 1848, I, 7, p.362).
B.P. anal., rare, péj.
1. Vieilli. Personne au visage très laid. [Les] douces horreurs [de la petite vérole] qui n'auront d'autre effet que de changer pour quelques jours un bel enfant en un vilain masque (J. DE MAISTRE, Corresp., 1793, p.52).
2. Personne qui a un comportement hypocrite ou un comportement affecté, manquant de naturel. Pêle-mêle, devant ses yeux, des masques s'agitaient: Pontillac sardonique, Servin douloureux, Mlle Peyrolles... (ESTAUNIÉ, Vie secrète, 1908, p.304). Des patriotes, ça (...) des masques, des faux-jetons (ARNOUX, Algorithme, 1948, p.276).
Prononc. et Orth.:[mask]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 1514 «faux visage qu'on met pour se déguiser» (Arrest contre les masques, 27 avril ds M. FÉLIBIEN, Hist. de la ville de Paris, t. 4, p.630: faux visages appellez en commun langage masques); 2. 1542 «personne qui porte un masque» (RABELAIS, Pantagruel, éd. V. L. Saulnier, p.109, var.); 3. 1599 «pièce d'étoffe dissimulant une partie du visage» (H. HORNKENS, Rec. de dict. fr., esp. et lat.); 4. 1535 au fig. fém. «fausse apparence» (CALVIN, Instit. de la religion chrétienne, Epistre au Roy, éd. J.-D. Benoît, t. 1, p.42); spéc. 1598 lever le masque devant le bal (PH. DE MARNIX, Differens de la religion, t. 1, IV, 7 ds HUG.); av. 1615 lever le masque (E. PASQUIER, Les Recherches de la France, p.461 ds IGLF). B. 1. 1540 «tête sculptée employée comme motif d'ornementation» (Comptes des bastimens du Roy ds HAVARD); 1547 (N. DU FAIL, Propos rustiques, éd. J. Assézat, p.78: masques de cheminee); 2. 1718 «reproduction du visage obtenue par moulage» (Ac.); 3. 1831 désigne le visage lui-même, son expression (BALZAC, Peau chagr., p.193); 4. 1836 «aspect particulier que prend parfois le visage des femmes à la fin de la grossesse» (A. GOUPIL, in Dict. de la conversation, XXXI, 187, s.v. grossesse ds QUEM. DDL t. 8). C. 1. 1597 masque d'apiculteur (Ch. ESTIENNE, J. LIÉBAULT, L'Agriculture et maison rustique, p.389); 2. 1839 «casque en toile métallique dont on se couvre la tête pour faire de l'escrime» (STENDHAL, Chartreuse, p.226); 3. 1864 «appareil couvrant la bouche et le nez et permettant l'aspiration d'un anesthésique» (JAMAIN, Manuel de petite chirurgie, 756 ds QUEM. DDL t.8); 4. 1894 «appareil en toile métallique dont les ouvriers de certains corps de métier se couvrent le visage pour se protéger» (A. LAYET, in J. ROCHARD, Encyclop. d'hygiène, VI, 330, ibid.); 1916 milit. masque contre les gaz asphyxiants (BORDEAUX, Fort de Vaux, p.93). D. 1845 mar. «abri sur une côte; abri en planches protégeant les navires en construction contre le soleil et la pluie» (BESCH.). Empr. à l'ital. maschera «faux visage» (dep. 1348-53, BOCCACE ds BATT.), d'orig. préromane. Le rad. préroman maska «noir» est à l'orig. de deux groupes de mots: a) un type masca signifiant «masque» en lat. tard., mais surtout «sorcière» ou «spectre, démon» représenté en lat. médiév. (dep. 643, Lois de Rotharis ds NIERM.; cf. 680 en Angleterre, chez l'évêque Adhelm), en Italie (Pise, Piémont et Sicile), en gallo-roman (sous la forme du composé talamasca, att. dès le lat. médiév.) et en a. prov. (v. masque2), les notions de «noir» et de «sorcier, démon» étant étroitement associées dans l'imagination populaire; b) un type élargi maskara, très répandu dans les domaines ibéro-roman (cat. mascara «tache noire, salissure», également vivant en aragonais, navarrais, valencien et à Majorque; port. mascarra «tache» etc.), ital. (maschera «masque» s'expliquant par le fait que les plus anciens déguisements consistaient simplement à se noircir le visage et parfois le corps) et gallo-roman (v. mâchurer1; cf. appellatifs et toponymes). Voir J.HUBSCHMID ds Actas do IX Congr. Intern. de ling. rom., I, Boletim de Filol. t.18, pp.37-55 et FEW t. 6, 1, pp.429-441. Fréq. abs. littér.:2258. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 2436, b) 3969; XXe s.: a) 3025, b) 3 573. Bbg. HOPE 1971, p.209. — MACK. t.2 1939, pp.118-119. — QUEM. DDL t. 9. — RENSON (J.). Les Dénominations du visage en fr. contemp. Paris, 1962, pp.433-435. — Sculpt. 1978, pp.523-524. — TRACC. 1907, p.155. — WIND 1928, p.88.
II.
⇒MASQUE2, subst. fém.
Péjoratif
I. — [Désigne une fille, une femme laide ou rusée, effrontée] Cette vieille fille (...) contrairement à tant de vieilles masques dépitées et suries, adorait la jeunesse et l'enfance (LORRAIN, Contes chandelle, 1897, p.160). Elle ne m'avait prévenue de rien, cette petite masque, elle est rusée comme un singe (PROUST, J. filles en fleurs, 1918, p.598).
II.Arg. Malchance. C'est un monde c'que j'ai de la masque depuis qu'j'ai radiné dans c'bled (LACASSAGNE, Arg. «milieu», 1928, p.132).
Prononc. et Orth.:[mask]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1640 «maquerelle; sorcière» (OUDIN Curiositez); 2. 1660 «effrontée» (MOLIÈRE, Sganarelle, scène 14, éd. R. Bray, p.312). Empr. à l'a. prov. masca «sorcière» (1396 d'apr. PANSIER) d'orig. préromane (v. masque1). Bbg. SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p.269; t. 2 1972 [1925], p.416.

1. masque [mask] n. m.
ÉTYM. 1511, souvent fém. au XVIe et employé aussi au sens de « mascarade »; ital. maschera; p.-ê. d'un rad. prélatin mask-; cf. bas lat. masca « sorcière; masque », ou, selon Guiraud, du bas lat. mascha, masca, p.-ê. d'un adj. massica « de pâte », de massa « pâte ». → Mâchurer.
———
I
1 Objet rigide couvrant le visage humain et représentant lui-même une face (humaine, animale, imaginaire…). || Masque moulé, sculpté, peint, décoré. || Masque expressif, grimaçant, grotesque, effrayant, hideux.
Spécialt. a Masques du théâtre antique, en bois ou en cuir munis d'une ouverture en porte-voix (→ Cothurne, cit. 1). || Les acteurs grecs et latins ne jouaient qu'avec des masques. || Masque tragique, comique, satirique. || Masque de vieillard, de femme, de dieu…Masques du théâtre japonais. || Les masques anciens de Kabuki sont des objets d'art.Masques de la comédie italienne, des acteurs comiques et des danseurs du théâtre français, au XVIe et au XVIIe siècles. || Masque d'Arlequin, de Polichinelle…
1 L'usage des masques empêchait donc qu'on ne vît souvent un acteur, déjà flétri par l'âge, jouer le personnage d'un jeune homme amoureux et aimé… Le visage sous lequel l'acteur paraissait, était toujours assorti à son rôle, et l'on ne voyait jamais un comédien jouer le rôle d'un honnête homme, avec la physionomie d'un fripon parfait.
Encycl. (Diderot), art. Masque.
2 (…) les masques terrifiants ou hilares dont la peinture, brune ou blanche, identifiait le sexe, mâle ou féminin, des personnages, tandis que les costumes drapés à la grecque ou à la romaine en situaient l'action et la condition sociale (…)
J. Carcopino, la Vie quotidienne à Rome…, p. 258.
2.1 (…) les masques de la tragédie grecque avaient une fonction magique : donner à la voix une origine chthonienne, la déformer, la dépayser, la faire venir de l'au-delà souterrain.
R. Barthes, Fragments d'un discours amoureux, p. 132.
b Masque, utilisé à des fins religieuses, symboliques ou ludiques (dans de nombreuses sociétés). || Masques africains, esquimaux, polynésiens. || Les masques incarnent les vertus magiques liées à un esprit que représente le porteur de masque (d'après I. F. A.).
2.2 Et comme l'efficacité des masques, qui servent aux opérations de magie de certaines peuplades, s'épuise, — et ces masques ne sont plus bons qu'à rejeter dans les musées —, de même s'épuise l'efficacité poétique d'un texte (…)
A. Artaud, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 119.
3 L'intérêt des masques nègres n'est pas d'ordre esthétique seulement. Sous leur stylisation linéaire, architecturale et décorative, ces curiosités singulières ont un sens religieux, ces symboles sont chargés de pouvoirs. Terrifiants, monstrueux ou calmes, tournés parfois à l'abstraction pure et simplifiés intentionnellement jusqu'au style, figures d'extase ou de cauchemar, ces masques disent aux initiés les secrets aperçus du monde, les lois redoutées de la nature, l'éternelle puissance de l'instinct (…)
Émile Henriot, Masques, in le Monde, 9 juin 1948.
Par ext. (franç. d'Afrique). Ensemble formé par le masque traditionnel, ses accessoires, la parure.
c Masque constituant un élément de déguisement de carnaval, du mardi gras, de la mi-carême. Mascarade. || Masque de carnaval en carton peint. || Mettre un masque.
4 Les gens du peuple ont des masques grotesques de cent sortes de figures.
Furetière, Dict., art. Masque.
5 Quoi de plus lugubre que le masque, face morte promenée dans les joies !
Hugo, Post-Scriptum de ma vie, « Promontorium somnii », I.
6 (…) ces masques de mardi gras qui deviennent effrayants quand de vrais hommes vivants les portent sur leurs visages.
Sartre, Situations I, p. 19.
2 (1599). Objet souple ou rigide dissimulant une partie du visage. Loup. || Masque vénitien. || Masque de velours noir, de satin blanc… || Le masque se portait pour garder l'incognito (cit. 8), dans les fêtes et dans la vie courante; on le met de nos jours le mardi gras et dans les bals masqués.Sortir, aller en masque (→ Honorer, cit. 11). || Agir sous le masque (vx), dissimulé par un masque. || Lever, ôter, poser son masque pour se faire reconnaître. || Arracher le masque de celui qu'on veut identifier.
7 (…) sans vous faire outrage,
Peut-on lever le masque et voir votre visage ?
Molière, l'Étourdi, III, 8.
8 On tient que c'est Popea femme de Néron qui inventa le masque pour conserver la délicatesse de son teint contre le soleil et le hâle (…) Maintenant on porte des loups. Les masques de campagne sont fort grands; ceux de ville sont fort petits. Le noir du velours des masques fait paraître davantage la blancheur de la gorge.
Furetière, Dict., art. Masque.
9 J'écris toujours avec un masque sur le visage;
Oui, un masque à l'ancienne mode de Venise,
Long, au front déprimé,
Pareil à un grand mufle de satin blanc.
Valery Larbaud, A. O. Barnabooth, Poésies, « Le masque ».
Allus. hist. || L'homme au masque de fer, le masque de fer : personnage mystérieux qui ne quittait pas son masque (de fer, selon la légende, mais en réalité de velours noir) dans la prison où le maintenait Louis XIV.
3 (1532). Par métonymie. Vieilli. Personne qui porte un masque, et, par ext., personne déguisée. || Cris d'une troupe d'enfants qui poursuit un masque (→ Glapir, cit. 3). Chienlit. || Gondoles chargées de masques et de musiciens (→ Fond, cit. 19). || Masques et bergamasques (cit. Verlaine).
10 Une troupe de masques entre dans un bal (…)
La Bruyère, les Caractères, XVI, 26.
11 Nous courons quelquefois les hommes qui nous ont imposé par leurs dehors, comme de jeunes gens qui suivent amoureusement un masque, le prenant pour la plus belle femme du monde, et qui le harcèlent jusqu'à ce qu'ils l'obligent de se découvrir, et de leur faire voir qu'il est un petit homme avec de la barbe et un visage noir.
Vauvenargues, Réflexions et Maximes, 258.
En franç. d'Afrique. Porteur de masque traditionnel dans les cérémonies. || Danse de masques. || La sortie des masques.
4 (XVIe). Par métaphore, fig. Dehors trompeur. Apparence, dehors, extérieur. || Sa douceur n'est qu'un masque. || « La bienséance (cit. 11) n'est que le masque du vice » (Rousseau). || « Le masque de l'hypocrisie (cit. 3) cache la malignité » (La Bruyère). || Se faire, se composer un masque (→ Attitude, cit. 19). || Adopter un masque de convention (cit. 13). || Masque de gaîté contrainte (cit. 1) qu'on se colle au visage. || Sous ce masque débonnaire, il était prêt à tout (→ Circonspect, cit. 3).
12 Au travers de son masque on voit à plein le traître (…)
Molière, le Misanthrope, I, 1.
13 Et rendre même honneur au masque qu'au visage,
Égaler l'artifice à la sincérité (…)
Molière, Tartuffe, I, 5.
14 (…) je n'en ai guère vu (des familles) qui ne fussent plongées dans l'amertume, tandis qu'au dehors, couvertes du masque du bonheur, elles paraissaient nager dans la joie (…)
Voltaire, l'Ingénu, XIX.
15 (…) cette attitude qu'elle m'impose, ce masque d'indifférence qu'elle me force à revêtir (…)
Gide, Journal intime, 12 oct. 1921.
16 Nous avons beau faire, nous ne pouvons pas être absolument naturels, et nous n'avons pas grand avantage à l'être. Le sourire du marchand, la manière du médecin, l'allure militaire. Ce sont des masques grossiers, mais dès qu'on les quitte on est contraint d'en mettre d'autres.
Valery Larbaud, Amants, heureux amants, p. 135.
Absolt. || Sous le masque : incognito, en cachette, hypocritement. Manteau (sous le). || Il s'est fait sous le masque mon plus cruel calomniateur (cit. 4).
17 Baudelaire découvrait à sa correspondante, sous le masque, une partie de soi vulnérable : ce besoin d'une admiration, d'une tendresse, d'une pureté qui ne faisaient point partie de son personnage habituel (…)
Émile Henriot, Portraits de femmes, p. 388.
Ôter son masque, poser, lever, jeter le masque : se montrer tel qu'on est, révéler ce qu'on cachait (→ Décharger, cit. 14; erreur, cit. 11). || Quitter son masque de componction (→ Héritier, cit. 5).Lever, arracher (cit. 18) le masque de qqn, à qqn, dévoiler sa fausseté. Confondre, démasquer. || Faire poser le masque à une âme hypocrite (cit. 16).
18 (…) la figure du forçat devint férocement significative en déposant le masque bénin sous lequel se cachait sa vraie nature.
Balzac, le Père Goriot, Pl., t. II, p. 1012.
19 Car, dans sa disgrâce actuelle, c'était un surcroît de calamité que de ne pouvoir tout à fait jeter le masque, de ne pouvoir avouer à personne combien cet accident ridicule l'offensait (…)
Martin du Gard, les Thibault, t. III, p. 159.
Par ext. (En parlant de choses personnifiées qui ne sont pas ce qu'elles paraissent).
20 Le passé a un visage, la superstition, et un masque, l'hypocrisie. Dénonçons le visage et arrachons le masque.
Hugo, les Misérables, II, VI, XI.
21 Le génie de Goya veut arracher au monde son masque d'imposture, mais celui de Giotto veut lui arracher son masque de douleur.
Malraux, les Voix du silence, p. 339.
5 (1832). Aspect, modelé du visage. Facies, physionomie, visage. || Un masque inerte où le sourire avait disparu (→ Humain, cit. 4). || Masque impénétrable. || Masque de tristesse. Air, expression. || Avoir le masque noble, un masque de lutteur, de conquérant, de tragédienne…
22 Plus loin une vieille femme, pâle et froide, présentait ce masque repoussant du paupérisme en révolte (…)
Balzac, l'Interdiction, Pl., t. III, p. 27.
23 Le portrait de M. Guizot est célèbre (…) le masque est d'une étonnante finesse de modelé dans son harmonie grise (…)
Th. Gautier, Portraits contemporains, « Paul Delaroche ».
24 Défiguré, à l'âge de trois ans, par une petite vérole maligne et confluente, sur laquelle sa mère, pour l'achever, s'avisa d'appliquer je ne sais quel onguent, il (Mirabeau) acquit ce masque qu'on sait, mais où la physionomie, qui exprimait tout, triomphait de la laideur.
Sainte-Beuve, Causeries du lundi, 7-8 avr. 1851.
24.1 La Berma avait, comme dit le peuple, la mort sur le visage (…) Ses artères durcies étant déjà à demi pétrifiées, on voyait de longs rubans sculpturaux parcourir les joues, avec une rigidité minérale. Les yeux mourants vivaient relativement, par contraste avec ce terrible masque ossifié, et brillaient faiblement comme un serpent endormi au milieu des pierres.
Proust, le Temps retrouvé, Pl., t. III, p. 998.
25 Il était chauve, il avait une face rasée, un peu lourde. On lui disait souvent qu'il avait le masque de Napoléon, de Mussolini (…)
P. Nizan, le Cheval de Troie, I, V.
Pathol. Aspect anormal du visage, caractéristique d'un état physiologique ou pathologique. || Masque cachectique (cit.) d'un malade. || Le masque de la mort.(1836). || Masque de grossesse : pigmentation brune et passagère du teint, surtout au front, qui peut survenir dans les derniers temps de la grossesse. Chloasma. Absolt. || Femme qui a le masque.
(En parlant de la peau, de la couleur du visage). || Le hâle (cit. 3) avait posé son masque jaune sur les visages.
26 Il avait le sombre masque du vent et de la mer.
Hugo, les Travailleurs de la mer, Œ. compl., t. XI, I, VI.
———
II
1 Représentation plastique d'un visage.Empreinte prise sur le visage d'une personne, spécialt, d'un mort; reproduction de cette empreinte. || Masque mortuaire, funéraire, de mort (→ Étrange, cit. 11). || Le masque de Napoléon.
27 Nous voici de nouveau dans la salle mortuaire. Bourdelle est venu prendre le masque du mort (Charles-Louis Philippe); sur le plancher s'écrasent des éclaboussures de plâtre.
Gide, Nouveaux prétextes, p. 174.
28 Devant son masque mortuaire (de Gœthe) où, sur tant de sérénité intérieure, ses paupières se sont à jamais refermées, j'évoque les masques ravagés ou tragiques et douloureux de Dante, de Pascal, de Beethoven, de Nietzsche, de Leopardi (…)
Gide, Attendu que…, p. 127.
2 (1540). Face (et, spécialt, mascaron) sculptée. || Les masques de marbre d'une fontaine (cit. 8).
29 Dans un jardin romain, un vieux masque de pierre
M'attirait : à travers ses lèvres, ses paupières
On voyait fuir, jaillir l'azur torrentiel;
Anna de Noailles, Poésies, « Les vivants et les morts, dans l'azur antique ».
3 Appareil protecteur qui se pose sur le visage. || Masque de protection. || Masque d'escrime : écran de toile métallique à mailles serrées garni de bourrelets.
30 Toute la journée le fleuret à la main, et la figure sous les mailles de son masque d'armes (…) elle ne sortait guère de la salle de son père (…)
Barbey d'Aurevilly, les Diaboliques, « Bonheur dans le crime », p. 145.
Masque d'apiculteur. || Masque d'ouvrier soudeur.Masque antiseptique des médecins, des chirurgiens, en gaze hydrophile (cit. 1), qui couvre le nez et la bouche.
tableau Lexique de la chirurgie.
Masque à gaz : appareil destiné à protéger des fumées et gaz asphyxiants, les voies respiratoires et le visage.
30.1 Étienne tâta ses poches, sa musette avec deux jours de vivres et des grosses chaussettes de laine pour les futures tranchées d'hiver; il avait bien son casque; il n'oubliait pas son masque à gaz.
R. Queneau, le Chiendent, p. 391.
(1864). Chir. Dispositif placé sur le visage d'une personne pour lui faire respirer des vapeurs anesthésiques (→ Approche, cit. 29).
31 — Je fabrique un masque pour t'endormir à l'éther.
— Je vous remercie, l'odeur du chloroforme m'est si pénible.
G. Duhamel, Récits des temps de guerre, « Le sacrifice ».
Masque d'Ombredanne : ancien modèle d'appareil anesthésique (on dit aussi appareil d'Ombredanne).
4 Couche de crème, etc., appliquée sur le visage, pour resserrer, tonifier, adoucir… l'épiderme. || Masque facial. || Masque de beauté.
5 (1873). Milit. Abri militaire, masse de terre destinée à cacher, protéger les hommes et les ouvrages, sans aménagement défensif.
Par ext. Obstacle naturel formant écran et qui a la même utilité. || Installer une pièce de mortier derrière un masque.
6 Techn. Outil pour la ciselure, petit poinçon portant une tête gravée en creux ou en relief, et qui sert à former des figures sur le métal.
tableau Noms d'outils.
7 Pharm. Substance dont l'addition à un appât toxique dissimule la saveur ou l'odeur de la matière active.
8 Techn. (électron.). Plaque métallique très mince, percée de trous (utilisée pour la réception de la télévision en couleurs). || Tube à masque.
———
III (Fin XVIIIe). Zool. Lèvre inférieure allongée qui couvre une partie de la tête des larves de libellules.
DÉR. Masquer.
HOM. 2. Masque. — Formes du v. masquer.
————————
2. masque [mask] n. f.
ÉTYM. 1562; provençal masco « sorcière »; anc. provençal masca; → Mascotte.
Vx. Fille, femme effrontée.
1 — Ah ! Ah ! petite masque, vous ne me dites pas que vous avez vu un homme (…)
Molière, le Malade imaginaire, II, 8.
2 — C'est comme moi, dit la petite fille…
— Tais-toi, petite masque ! dit Tord-Chêne… Je te connais bien… Tu es la reine des poissons (…)
Nerval, Chansons et légendes du Valois, « La reine des poissons ».
HOM. 1. Masque. — Formés du v. masquer.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • masque — [ mask ] n. m. • 1511; it. maschera; du rad. prélat. °mask ; cf. bas lat. masca « sorcière; masque » I ♦ 1 ♦ Objet rigide couvrant le visage humain et représentant lui même une face (humaine, animale, imaginaire...). Masque expressif, grotesque.… …   Encyclopédie Universelle

  • masque — 1. (ma sk ) s. f. Terme familier d injure dont on se sert quelquefois pour qualifier une jeune fille, une femme, et lui reprocher sa laideur ou sa malice. •   La masque encore après lui fait civilité, MOL. Sgan. 14. •   Ah ! ah ! petite masque,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • masque — MASQUE. sub. Morceau de velours noir doublé que les Dames se mettent sur le visage, pour éviter le hasle, & se conserver le teint. Il n appartient qu aux Demoiselles de porter le masque. mettre son masque. oster son masque. Madame demande son… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • masqué — masqué, ée (ma ské, skée) part. passé de masquer. 1°   Couvert d un masque. •   Le cousin est masqué mieux que personne en France, REGNARD le Bal, 16.    Bal masqué, bal où les danseurs portent un masque et un déguisement.    Terme de blason.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Masque d'Or —  Pour l’article homonyme, voir Masque d or.  Le Masque d Or est une récompense de théâtre qui est décernée tous les quatre ans[1] par la Fédération Nationale des Compagnies de Théâtre amateur et d’Animation au meilleur spectacle de… …   Wikipédia en Français

  • Masque D'or —  Pour l’article homonyme, voir Masque d Or.  Le Masque d or (en russe Золотая Маска) est un festival russe de théâtre créé en 1994 et doté d un prix prestigieux. Le festival accueille des spectacles de théâtre, d opéra, de danse et de… …   Wikipédia en Français

  • Masque d'or —  Pour l’article homonyme, voir Masque d Or.  Le Masque d or (en russe Золотая Маска) est un festival russe de théâtre créé en 1994 et doté d un prix prestigieux. Le festival accueille des spectacles de théâtre, d opéra, de danse et de… …   Wikipédia en Français

  • Masque —   [mɑːsk; englisch französisch, eigentlich »Maske«] die, / s, aus Volksmaskeraden des Mittelalters entstandene, von Hoffesten der italienischen Renaissance beeinflusste, zwischen 1580 und 1640 am englischen Königshof beliebte theatralische… …   Universal-Lexikon

  • Masque — [mɑ:sk] die; , s <aus gleichbed. engl. masque, dies aus fr. masque, vgl. ↑Maske> aus Volksmaskeraden des Mittelalters entstandene, von Hoffesten der ital. Renaissance beeinflusste, zwischen 1580 u. 1640 am engl. Königshof beliebte… …   Das große Fremdwörterbuch

  • Masque — Masque, n. A mask; a masquerade. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.